Maltraitance des aînés

Maltraitance des aînés

 

 

Par  Marie Beaulieu, Ph. D, pLa force du travail en réseau

Depuis le 5 mai 2016, l’ensemble des policiers des postes de quartier et des centres d’enquête du SPVM appliquent le modèle d’intervention policière auprès des aînés maltraités IPAM qui s’appuie sur les résultats d’un important projet de recherche-action. Ainsi, les policiers seront mieux outillés pour prévenir, détecter et rapporter des cas de maltraitance envers des aînés, intervenir et assurer les suivis auprès des victimes, référer celles-ci aux ressources appropriées ou les accompagner à travers le processus judiciaire. Selon la nouvelle approche, les policiers traiteront tous les cas de maltraitance envers les personnes aînées, qu’ils soient de nature criminelle ou non. Grâce à la collaboration des intervenants du milieu, les victimes aînées seront prises en charge au sein du réseau public et communautaire, de la santé et des services sociaux.

Une structure opérationnelle exportable

Depuis le mois de mai 2015, les bons coups se multipliaient déjà sur le terrain. Le modèle montréalais propose le développement d’une culture organisationnelle pour lutter contre la maltraitance envers les aînés dans l’ensemble du Service. Ce modèle pourrait s’appliquer à d’autres services de police ainsi qu’à d’autres problématiques sociales qui nécessitent la concertation des efforts de nombreux intervenants telles que la santé mentale et les violences intrafamiliales. C’est pourquoi la Chaire de recherche et le SPVM comptent faire connaître le modèle IPAM à la communauté scientifique et aux autres corps policiers, tant au plan national qu’international. Le modèle IPAM figure dans le Rapport mondial sur le vieillissement et la santé de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) de 2015. Il est cité en exemple parmi les initiatives du Québec.

De la recherche à l’action sur le terrain

 

Le modèle IPAM découle de l’analyse de 10 collectes de données, effectuées en 2013 et 2014, à l’égard des pratiques policières existantes qui avaient du succès dans le monde, des pratiques actuelles des policiers du SPVM et des besoins identifiés. L’équipe de recherche a analysé 160 articles scientifiques et ouvrages gouvernementaux. Elle a consulté 46 services de police, 32 partenaires et 807 policiers du SPVM. En tenant compte des résultats de cette vaste étude, le SPVM a produit des outils tels que des capsules de formation, un mode de fonctionnement, une procédure d’intervention auprès des aînés ainsi qu’un aide-mémoire destiné aux patrouilleurs et aux intervenants pour détecter des cas de maltraitance et référer des ressources aux victimes. Ces outils servent principalement à encadrer le travail des policiers et à les aider à intervenir plus efficacement auprès de personnes aînées en situation de maltraitance.

« Le modèle Intervention policière auprès des aînés maltraités (IPAM), implanté au SPVM, est un vibrant exemple d’une alliance de recherche (Chaire de recherche sur la maltraitance envers les personnes aînées et Section recherche et planification du SPVM) et de pratique (SPVM) soutenue par un programme de financement fédéral. Grâce à un projet de recherche-action de trois ans, le modèle a été développé, implanté comme projet pilote et évalué pour produire, à la fin, un modèle de pratique policière pérenne pouvant être adapté à d’autres services policiers. »
– Marie Beaulieu, Ph. D, professeure, Chaire de recherche sur la maltraitance envers les personnes aînées



This post has been seen 169 times.
Please follow and like us:
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial