Cap vers un retour à l’équilibre budgétaire d’ici 2017 à la CSDM

 

PAR SARA CHAMPAGNE
La presse

La plus importante commission scolaire du Québec garde le cap vers un retour à l’équilibre budgétaire d’ici 2017, mais le contexte financier demeure «intenable», déplore sa haute direction.
Après des mois à jongler avec un déficit atteignant 29 millions, la Commission scolaire de Montréal (CSDM) a présenté des états financiers avec un déficit projeté de 11 millions pour l’année scolaire en cours, lors de son conseil des commissaires

catherine-Harel-Bourdon- photo Yves Provencher métro

catherine-Harel-Bourdon- photo Yves Provencher métro

. La CSDM prévoit éponger son déficit d’ici la fin de 2017 et «recommencer à investir dans les services aux élèves», a expliqué Catherine Harel-Bourdon, présidente de la commission scolaire, devant le conseil des commissaires.

Avec le quart de ses élèves (16 913) nécessitant des besoins particuliers et l’augmentation constante de cette clientèle, la «situation budgétaire demeure intenable», a toutefois précisé Mme Harel-Bourdon. Accompagnée d’un membre de la direction de la gestion financière, la présidente a expliqué que 2000$ de plus par rapport aux revenus sont dépensés pour chaque élève en difficulté. Cette année, 4,6 millions ont été dégagés de l’enveloppe de la formation générale des adultes (FGA), mais ce ne sera pas suffisant, prévient-on.

«On n’aura beau couper au maximum dans les frais d’administration, on n’arrivera jamais à compenser pour les élèves en difficultés. Il y a aussi des limites à l’optimisation. On n’est pas dans une usine, on ne produit pas des voitures. Ce qu’il faut comprendre c’est que ce n’est pas un choix de répondre aux besoins des élèves, c’est une nécessité», a insisté Mme Harel-Bourdon.
Pour l’instant, il n’y aura pas d’autres mises à pied à la CSDM. Des consultations à ce sujet auront toutefois lieu cet automne, explique-t-on. Afin de parvenir à la cible budgétaire du gouvernement, la commission scolaire a été contrainte de supprimer 175 postes, dont près de 70 postes de professionnels (orthopédagogues, psychologues, etc.). Le gouvernement lui a demandé de sabrer 30 millions en cinq ans dans ses dépenses.

Frais administratifs

En 2014-2015, la CSDM chiffre ses frais administratifs à 38 millions sur un budget de un milliard, ce qui représente environ 4% de ses revenus totaux. La CSDM prévoit atteindre l’équilibre budgétaire en 2017, mais il demeurera une dette à éponger de plus de 84 millions dont les termes devront être discutés avec le gouvernement.
J’étais ce matin à l’école Irénée-Lussier avec la présidente du conseil d’établissement pour une visite. À chacune de mes visites, je retiens mon souffle en voyant comment le personnel s’engage auprès des élèves avec une déficience intellectuelle et de l’autisme. Comme société, comment pouvons-nous laisser ces jeunes dans un bâtiment aussi inadapté à leurs besoins? Monsieur le ministre, entendez-vous le cri du cœur des parents et du personnel de l’école?

Voici ce qu’a écrit le journal métro à ce sujet

Par Marie-Eve ShafferMétro

La Commission scolaire de Montréal (CSDM) a terminé l’année 2014-2015 avec un manque à gagner de 11M$. Il devait s’élever à 29,4M$, d’après les premières prévisions de juillet 2014.

«On est satisfait des résultats financiers, mais on est conscient qu’ils comprennent peu d’éléments récurrents, a affirmé mercredi la présidente de la CSDM, Catherine Harel-Bourdon, à quelques heures de l’adoption des états financiers vérifiés par le conseil des commissaires. Le défi est toujours aussi grand pour l’année en cours»,

Le déficit de la CSDM a été révisé à la baisse notamment grâce la formation générale des adultes qui a accueilli de nombreux élèves (+4,6M$), des dépenses énergétiques qui ont été moins importantes (+2,5M$) et des mesures d’optimisation qui ont été mises en place (2M$). Il aurait pu être encore moins considérable, mais la vente d’immeubles excédentaires qui ne s’est pas conclue (-4,7M$), le transport scolaire des enfants en difficulté qui a coûté plus cher que les subventions accordées (-2,7M$) et les budgets insuffisants des écoles de l’Étincelle et Irénée-Lussier, qui accueillent des jeunes atteint d’un trouble envahissant du développement (-1M$), ont entre autres eu pour effet de l’augmenter.

Ce nouveau déficit fait en sorte que la dette de la plus grande commission scolaire du Québec a grimpé à 84M$. Elle devrait bondir d’environ 11,5M$ au terme de l’exercice financier 2015-2016, d’après les prévisions de la CSDM. Le retour de l’équilibre budgétaire est prévu pour le 30 juin 2017.

«La priorité, c’est le retour à l’équilibre, avant même de penser à rembourser ces déficits, a expliqué la directrice adjointe à la gestion de la performance financière et de l’efficacité opérationnelle de la CSDM, Lucie Painchaud. Après le retour à l’équilibre, on va devoir négocier [avec le gouvernement du Québec]. Il va falloir avoir un calendrier suffisamment flexible pour nous permettre d’investir dans les endroits où nous n’avons pas pu investir parce qu’on était en déficit.».

Depuis quelques mois, la CSDM a entrepris une «transformation organisationnelle» pour modifier ses façons de faire. Le rapport de la firme Raymond Chabot Grant Thornton, qui a été commandé au début de l’année par le gouvernement du Québec, a fait état d’un manque de planification et de contrôle administratif au sein de la CSDM, ainsi qu’une faible maturité organisationnelle.
Un bureau de projet institutionnel sera mis sur pied au sein de la CSDM afin d’assurer le suivi sur cette transformation organisationnelle et les efforts qui sont consentis pour le retour de l’équilibre budgétaire. La commission scolaire sera également épaulée par la firme KPMG, à qui un contrat de 350 000$ a été accordé pour la conseiller au cours de sa métamorphose.
La présidente du comité de parents de la CSDM, Mélanie Taillefer, était très inquiète devant ces résultats financiers. «On veut améliorer la gestion de la CSDM, mais on ne répond pas aux besoins des élèves, a-t-elle dit. Il y a une grande pression sur les écoles et les profs. Ce n’est pas de l’optimisation. On sacrifie les élèves.»

Catherine Harel-Bourdon a insisté pour dire qu’il est «nécessaire» de répondre aux besoins des élèves.

«On forme l’avenir, a-t-elle déclaré. On n’est pas dans une chaîne de montage.» Elle a toutefois souligné qu’il y a des manques, notamment pour les élèves ayant des besoins particuliers. L’enseignement et la formation qui leur est offerte coûtent en moyenne 2000$ de plus que ce que les subventions accordées, selon des indicateurs que la CSDM a développés. Pour répondre à leurs besoins, la commission scolaire pige pour le moment dans les surplus engrangés dans les enveloppes de la formation professionnelle et la formation générale aux adultes. Il y a une limite à prendre de l’argent dans la formation professionnelle et en formation jeune auprès des jeunes en difficulté. Ça ne nous permet pas d’investir dans des nouveaux programmes de formations professionnelles ou dans les bâtiments.»

Voici quelques réctions suscitées par la lecture de ces articles, ajoutez vos commentaires et suggestions
• arasse boulba • il y a 3 heures
Apparemment, selon ce qu’un analyste expert en déconfiture et en gaspillage de fonds, tel que lu, dans une revue financière, lorsqu’un organisation a le culot de prendre de l’argent prévue pour une bonne cause, et s’en servir pour d’autres motifs, ça ne fait qu’amplifier le déraillement dans la façon de conclure la fermeture des livres financiers d’une année budgétaire. On peut facilement faire parler les chiffres à notre avantage et leurs faire dirent n’importe quoi. Si ça continu nous serons attirés dans un trou noir d’incompétence et de mal gérance et alors le gouvernement n’aura d’autre choix que de sortir le bâton de la tutelle, pour taper sur les doigts des récalcitrants payés à très gros salaire et qui insistent à dire qu’ils font bien leur travail !
o

Un contribuable • il y a un jour
Les dirigeants, cadres et autres responsables de la CSDM ont toujours une excuse pour s’expliquer et se justifier. La vérité est que ce sont tous des ignorants payés à gros salaire qui gaspillent les fonds publics.
o

Un ami • il y a un jour
La CSDM est la risée de tous les médias et pour cause. Une institution digne du moyen âge avec ses directeurs et directrices de service qui seraient plus utiles à la société si ils étaient sur scène au Théâtre des Variétés dans un vaudeville.
La CSDM est la ligue d’improvisation par excellence à Montréal. Une panoplie de Ti-Coune qui excelle pour faire des choses sans aucune préparation.
La CSDM est l’institution de la honte à Montréal.
o

johnny robidoux • il y a un jour
Mais qu’elle est cette drôle de solution de prendre de l’argent dans le budget de la formation professionnelle et l’éducation aux adultes…..voyons c’est changer le problème de place, c’est tout. Ça peut bien aller mal, pauvre accompagnateur, il doit être épuisé. Qu’adviendra t il lorsque les surplus seront épuisés ?
Engrangés, c’est des gens pas tous cultivés comme la haute de la CSDM qui lit. SVP, utilisez des termes pour qu’on comprenne. Personnellement je trouve que les 2 derniers paragraphes sont incompréhensibles, c’est du jargon Mésapotonien !
o

Un parent • il y a 2 jours
Faible maturité…..manque de planification et de contrôle…….déficit….dette…..
Voilà des mots et des expressions qui sont toujours associés à la CSDM…..
Un ramassis de bons et bonnes à rien en place qui dirige cette institution….
Épaulé par la firme KPMG veut dire….que KPMG les prends par la main et leur montre à travailler….c’est aussi simple que ça…..
C’est le royaume de l’inconscience.
o

johnny robidoux Un parent • il y a un jour
Bien vous avez raison M ou Mme le parent, ce sont tous des boucaniers qui dirigent cette galère. Le ministre a repoussé la solution définitive à tout ça, pauvre lui, je voudrais pas être dans ses bottines.

Capitaine Haddock • il y a 2 jours
C SUR, FONT TOUTE POUR FAIRE DES DÉFICITS POUR ETRE CAPABLE D’AVOIR ENCORE PLUS D’ARGENT A DÉPENSER

Rappelez-vous que vous pouvez aider la communauté à aller de l’avant en vous impliquant. Faites-nous parvenir vos commentaires et critiques. Notre équipe à besoin de votre soutien financier toute contribution mensuelle de 2$ ou plus est la bienvenue. Libellez votre chèque à l’ordre de: LE MONDE C.P. 201, Succursale St Michel, Montréal,Qc H2A 3L9 Merci.



This post has been seen 131 times.
Please follow and like us:

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial